June Hill: Live à l’Etage

June Hill, ça vous dis quelque chose? C’est normal! Je vous en ai déjà parlé il y a 1 mois et demi! Je les avais vu en concert sauvage en plein milieu d’un parc à Paris. Cette fois ci, c’est en intérieur et les guitares branchées que j’ai retrouvé les quatre garçons dans un club Parisien. C’était le mercredi 15 septembre à L’Etage, en deuxième partie de soirée.

Je ne vais pas trop m’étaler sur la programmation du début de soirée car tout ce que j’en ai retenu, c’est que ça n’était pas du tout à mon goût. A noter tout de même, la présence de Ramon Mirabet, ex-candidat d’un célèbre télé-crochet. Il a interprété une seule et unique chanson qui relevait à elle seule l’ensemble du reste de la prestation de ce premier groupe…

22h30, c’est l’heure! Le premier public nous laisse la place et nous pouvons ainsi nous installer devant, bien confortablement. Oui, voir un concert de rock assis, c’est conceptuel, mais c’est faisable! Quelque part ça n’était pas désagréable. En tout cas, si ça envoyait en acoustique, ça envoie encore plus quand c’est branché! Je reconnais quelques chansons entendues lors du concert sauvage, et je découvre avec plaisir quelques nouvelles chansons. En tout cas les garçons assurent, l’ambiance monte peu à peu dans la salle et à la fin on se retrouve tous à taper dans les mains, puis à être debout.  Encore une fois June Hill aura offert une expérience de concert assez inédite. Premièrement un concert sauvage en acoustique, et maintenant un concert rock dans un bar lounge… j’attends de voir la suite! Quant à la musique, elle fait du bien par où elle passe. (par les oreilles bien sûr, des fois que certains auraient besoin d’un cours d’anatomie, on ne sait jamais!). Une musique délicieusement rock et folk à la fois. Je ne peux m’empêcher de penser quelques fois à Chad Kroeger (Nickelback) en entendant la voix de Thomas. Et c’est un compliment bien entendu! J’apprécie également le fait que ce groupe aie deux chanteurs, ça change, et c’est bien!

A la fin du concert, il nous reste un petit goût de reviens-y, je ne vous le cache pas. La prochaine de June Hill à Paris? Et bien je ne sais pas encore, mais je pense que j’y serai!

Remerciements: Karl BERNIER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s